Les familles de disparus écrivent à l’ONU pour dénoncer les « pressions » des autorités algériennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les familles de disparus écrivent à l’ONU pour dénoncer les « pressions » des autorités algériennes

Message par djam09 le Lun 30 Aoû - 19:33

Le collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA) et SOS Disparus ont décidé de saisir l’opportunité de la commémoration de la journée internationale des personnes disparues, coïncidant avec le 30 août de chaque année, pour adresser une lettre à l’Organisation des Nations Unies (ONU). Les deux associations demandent notamment « une intervention urgente » du Groupe de travail onusien sur les disparitions forcées -basé à Genève- afin que « cessent toute pression des autorités algériennes pour obliger les familles de disparus à engager les démarches pour les indemnisations sans que la vérité sur le sort des disparus ne soit établie ».

Dans leur lettre, les deux associations précisent que depuis la mise en application de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, il y a près de cinq ans, de nombreuses familles ont été approchées par les autorités pour les amener à déclarer décédés leurs proches disparus. Ce jugement de décès constitue, selon elle, la pièce maitresse et la condition pour entamer le processus d’indemnisation. Or, écrivent les associations dans leur lettre, le certificat en question « n’est précédé d’aucune enquête effective de la part des services compétents ». Il se « contente de mentionner qu’après des recherches infructueuses, la personne demeure disparue ». Le CFDA et Sos Disparus rappellent que « la solution prônée par le gouvernement algérien n’est autre qu’une habile manœuvre visant à faire déclarer les disparus décédés par jugement et clore ainsi le dossier des disparus ».
Les auteurs de la lettre interpellent aussi de manière particulière l’ONU sur la violence avec laquelle les autorités algériennes ont décidé d’empêcher les rassemblements organisés tous les mercredis de la semaine devant le siège de la Commission nationale consultative pour la promotion des droits de l’homme (CNCPDDH), présidée par Farouk Ksentini. «…Aujourd’hui, le gouvernement algérien prétend être parvenu à régler le dossier des disparus en Algérie par l’indemnisation des familles de disparus, faisant la sourde oreille aux revendications de Vérité de ces dernières. L’ensemble des familles de disparus demande avec force l’ouverture d’enquêtes effectives sur le sort des leurs et l’établissement de la Vérité. Qu’elles aient ou non engagé la procédure d’indemnisation, les familles de disparus ressentent profondément l’absence de reconnaissance du drame qu’elles vivent et le déni de justice dont elles sont victimes », écrivent-elles
tsa

_________________
la valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donne pour les autres
avatar
djam09

Messages : 5101
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 92
Localisation : la ou je suis actuellement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum