Témoignage poignant du chauffeur de taxi agressé à New York

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Témoignage poignant du chauffeur de taxi agressé à New York

Message par djam09 le Dim 29 Aoû - 10:21

Le chauffeur de taxi musulman, Ahmed Sharif, 43 ans, qui a été agressé à coups de couteau, mardi dernier, en plein cœur de Manhattan, a livré un témoignage poignant devant Michael Bloomberg, le maire de New York qui lui a rendu visite, hier après-midi, devant l'hôtel de ville. Ahmed Sharif qui vient de sortir de l'hôpital s'est dit encore sous le choc. «J'ai encore la vision du couteau quand je ferme les yeux», a-t-il affirmé. La victime affirme avoir été attaquée en raison de sa religion. «Bien sûr que j'ai été attaqué à cause de ma religion», a-t-il dit. «Il (l'agresseur) m'a attaqué après avoir appris que j'étais musulman.» Arborant une importante cicatrice au bras droit et d'autres, plus discrètes, au visage, au cou et à la main, Ahmed Sharif a expliqué que Michael Enright, un étudiant de 21 ans, l'avait agressé après lui avoir demandé s'il était musulman. «Il a fait des blagues sur le Ramadhan et tout ça», a raconté M. Sharif. Encore ébranlé, le chauffeur de taxi n'a pris la parole que pendant quelques instants, entouré d'une soixantaine d'autres chauffeurs et de représentants d'associations de défense des musulmans. L'agression est survenue vers 18h mardi soir sur la 3e Avenue, dans le centre de l'île de Manhattan. Après avoir posé quelques questions au chauffeur originaire du Bangladesh, le jeune étudiant en arts visuels a sorti un couteau et asséné sa victime à plusieurs reprises à travers la lucarne percée dans la cloison qui sépare les passagers du chauffeur dans les taxis new-yorkais. Et la victime de témoigner: «Au début, quand ce jeune client était entré dans la voiture, il était gentil. Il m'a interrogé: «comment allez-vous? Et j'ai répondu: «je vais bien merci». Et je l'ai interrogé à mon tour: «Et vous, comment allez vous ?» Il m'a répondu: «Je vais bien». Puis, soudain, il m'a interrogé : «D'où êtes-vous ?» J'ai répondu: «Du Bengladesh» Puis, il m'a demandé si je suis musulman? Je lui ai répondu: «Oui. Je suis musulman». Puis, il m'a dit Salam Alikoum. Je lui ai répondu «Alaikoum Esalam». Il m'a dit : «Vous êtes en plein mois de Ramadhan. Qu'est-ce que vous faites ?» Je lui ai dit que «je fais tout ce qu'il y a de bien». «Puis, il a commencé à offenser le mois sacré du Ramadhan. Il été agressif et il a commencé à crier et à proférer des insultes avec beaucoup de haine parce que je suis musulman. Puis, il m'a asséné des coups de couteaux sur mon bras… le couteau a été profondément ancré jusqu'à l'os», témoigne encore Ahmed Sharif qui a eu la présence d'esprit de s'arrêter en voyant un policier.

Selon la police, Michael Enright était en état d'ébriété et incohérent au moment de son arrestation, au point où on l'a conduit dans un hôpital psychiatrique pour évaluation. Selon la presse new-yorkaise, l'étudiant avait fait récemment un séjour de cinq semaines en Afghanistan, où il avait intégré un peloton militaire américain dans le cadre d'un projet de documentaire. Questionné pour savoir si le projet de centre communautaire musulman et de mosquée à proximité de Ground Zero peut avoir un rapport avec l'agression, le chauffeur de taxi a eu cette réponse: «Nous n'avons pas parlé de la mosquée». La victime est père de quatre enfants, qui vit dans Queens.

Bhairavi Desai, représentant de l'Alliance des chauffeurs de taxi - qui compte près de 50% de musulmans dans ses rangs -, croit que les manchettes quasi quotidiennes et les rumeurs qui circulent sur le sujet ont créé un climat de peur et de haine dont est stigmatisée la communauté musulmane. Aliya Latif, du Conseil des relations américano-islamiques (CAIRE), a pour sa part déclaré que plusieurs incidents à caractère raciste avaient eu lieu dans les derniers jours. Mercredi, un homme a proféré des insultes dans une mosquée de Queens avant d'uriner sur des tapis de prière.

Le maire de New York, qui a fortement critiqué l'agression, a refusé de spéculer sur le rôle qu'auraient pu jouer les discussions entourant le projet de mosquée. «Je n'étais pas dans le taxi», a dit le maire Bloomberg. L'agresseur, Michael Enright, a comparu hier à la Cour de New York. Il fait face à des accusations de tentative de meurtre et de crime haineux à la suite de son attaque sur le chauffeur de taxi Ahmed Sharif. Plus tôt dans la journée, Jason Martin, l'avocat de l'assaillant, accusé de crime haineux, a déclaré que «l'attaque n'avait aucune connotation raciste». De son côté, le maire de New York Michael Bloomberg a rencontré la victime accompagnée de ses 4 enfants à qui il a remis des cadeaux: des teeshirts portant l'écriteau «j'aime New York» ainsi que des crayons. Le maire a déclaré avoir assuré le chauffeur de taxi qui exerce cette profession depuis 10 ans, «que l'appartenance à telle ou telle religion ou ethnie ne saurait faire de différence dans notre ville». «Je me sens très triste», affirme ce maire qui soutient fermement le projet de la mosquée à Ground Zero. Plusieurs associations antiracisme ont dénoncé cette agression. Des responsables gouvernementaux dont le gouverneur de New York n'ont pas écarté d'éventuelles autres agressions contre les musulmans à cause du projet de mosquée à Ground Zero. La ville de New York compte quelque 800 000 musulmans, soit près de 10% de la population.

Le projet de mosquée près de Ground Zero suscite un climat haineux dont est victime la communauté musulmane aux Etats-Unis.
le quotidien d'oran

_________________
la valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donne pour les autres
avatar
djam09

Messages : 5101
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 92
Localisation : la ou je suis actuellement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum