Industrie pharmaceutique: L’Algérie, futur pole régional

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Industrie pharmaceutique: L’Algérie, futur pole régional

Message par djam09 le Sam 11 Juin - 9:34

Signature d’accord algéro-américain dans la biotechnologie et de la production de méd icaments. L’Algérie et les Etats- Unis ont signé jeudi à Alger un protocole d’accord dans le domaine de la biotechnologie et de la production de médicaments, susceptible d’ouvrir la voie à l’Algérie pour qu’elle devienne à terme un important pôle régional dans ce domaine.

L’Algérie et les Etats-Unis ont signé jeudi à Alger un protocole d’accord dans le domaine de la biotechnologie et de la production de médicaments, susceptible d’ouvrir la voie à l’Algérie pour qu’elle devienne à terme un important pôle régional dans ce domaine.

A l’instar de Singapour en Asie et de l’Irlande en Europe, l’Algérie pourrait être, dans un avenir plus ou moins proche, le pôle de l’industrie biopharmaceutique pour le Moyen-Orient et l’ensemble de l’Afrique.

«Avec ce partenariat, nous entrons dans une ère nouvelle et nous pouvons dire que nous en avons terminé avec le bricolage », a déclaré à la presse le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Djamel Ould Abbès, à l’issue de la cérémonie de signature, qui s’est déroulée en présence du ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’Investissement, Mohamed Benmeradi.

Il a précisé que l’Algérie «offrait toutes les garanties et les possibilités aux grandes firmes pour venir investir», soulignant que les Américains, avant d’opter pour l’Algérie, avaient étudié la situation du pays «économiquement et politiquement» mais aussi les moyens humains, matériels et financiers dont il dispose. Pour Ould abbès, un autre atout réside dans la situation géographique de l’Algérie, «aux portes de l’Europe et, dans le même temps, portail de l’Afrique ».

Les géants américains du médicament, avec onze firmes, «n’ont pas choisi l’Algérie par hasard, car ils sont conscients de l’intérêt qu’ils ont en investissant dans le pays», qui possède des avantages intrinsèques et comparatifs lui «permettant de devenir le pôle de l’industrie biopharmaceutique dans la région», a relevé le ministre. Ould Abbès a annoncé en outre que le travail «commencera, dès la semaine prochaine, dans la ville de Sidi Abdallah (Alger) qui accueillera le pôle, et un comité de pilotage y sera élu».

STIMULER L’INDUSTRIE



Pour sa part, le président du Conseil d’affaires algéro-américain (USABC), Dr Smaïl Chikhoune, a expliqué que cette nouvelle coopération avait pour objectif de stimuler l’industrie pharmaceutique en Algérie et «principalement d’en faire de l’Algérie le prochain Singapour», à savoir un «pole attractif en matière de recherche et développement et d’innovation dans l’industrie pharmaceutique».

Comme c’était le cas pour Singapour, devenir un pôle biotechnologique ensuite une référence en la matière ne se fait qu’à travers «beaucoup de dialogue et de concertations» entre partenaires, a-t-il observé. «Le souhait des Américains est que l’Algérie devienne le pôle d’excellence et la destination pour la région Afrique et Moyenorient en ce qui concerne la recherche dans la pharmaceutique et la biopharmaceutique », a-t-il dit.

M. Chikhoune a également affirmé qu’une commission devrait être installée dès la semaine prochaine pour «dialoguer directement et passer à l’action et aller dans les détails». Le ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’Investissement, M. Benmeradi avait indiqué mercredi au Forum Santé Algérie-USA 2011 que les Américains avaient «évalué le marché algérien et ont fini par le considérer comme le futur Singapour de la région».

Il a ainsi invité les acteurs de la filière pharmaceutique et biopharmaceutique étrangère, notamment américaine, à explorer les montages en partenariat pouvant être rapidement mis en oeuvre en Algérie et générer des richesses et des avantages mutuellement bénéfiques.

L’Algérie, qui importe presque les trois quarts de ses besoins en médicaments pour près de 2 milliards de dollars par an quelque, tente de réduire la facture d’importation de produits pharmaceutiques en augmentant progressivement la part de la production intérieure de médicaments.
le financier

_________________
la valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donne pour les autres
avatar
djam09

Messages : 5101
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 92
Localisation : la ou je suis actuellement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum