Tentative de suicide en Algérie : 1 cas toutes les 12 heures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tentative de suicide en Algérie : 1 cas toutes les 12 heures

Message par djam09 le Mar 25 Jan - 9:48

Les organisations de défense des droits de l’Homme et la société civile en Algérie dénoncent les cas de suicide qui ont pris une tournure politique, ces derniers jours.
Ces associations estiment que les Algériens ont recouru au suicide avant les autres pays en se jetant à la mer dans des tentatives de rejoindre l’Europe par la harga . Ce dernier phénomène a endeuillé des dizaines de familles algériennes qui ont perdu leurs enfants en mer. Ces associations exigent de ces jeunes à revendiquer leurs droits raisonnablement et ne pas recourir aux solutions « défaitistes » et de désespoir. Le président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’Homme, Farouk Ksentini, dénonce les actes de suicide enregistrés dans de nombreuses wilayas du pays. En recourant à des actes pareils, les auteurs veulent attirer l’attention des pouvoirs publics sur leurs situations économiques et sociales difficiles. Il dénonce, particulièrement la manière atroce avec laquelle ces jeunes font entendre leurs préoccupations. « Ce que font ces jeunes n’est pas une solution à leurs problèmes. Le suicide n’est pas de notre culture en tant qu’Algériens et par-dessus tout cela, ces actes sont interdits par notre religion et par nos pratiques sociales », a-t-il expliqué. Dans un appel téléphonique au journal Echorouk, Ksentini a reconnu la légitimité des revendications de ces jeunes. À cet effet, il a déclaré : « Les problèmes de nos jeunes méritent d’être étudiés. En plus de cela ces jeunes qui s’immolent par désespoir ont besoin de prises en charge. Les autorités publiques devraient ouvrir un débat sérieux pour étudier et discuter de tous les problèmes posés ». De son côté, le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), Mustapha Khiati a expliqué que la disparition des principes sociaux est à l’origine de ces actes bannis. « Le suicide n’est pas un nouveau phénomène dans la société algérienne et la harga n’est que l’une de ses facettes », a-t-il expliqué à cet effet. Interrogé sur les causes qui se cachent derrière ce phénomène destructeur, il a estimé que le désespoir provoque la disparition des principes humains. Il a indiqué, en outre, que la fragilité de la foi religieuse pousse les jeunes à s’agenouiller devant les problèmes et recourent ainsi au suicide ». Selon une étude réalisée par la Forem, une tentative de suicide est signalée toutes les 12 heures en Algérie. Pire encore, 80 % des personnes qui se suicident sont âgées de moins de 35 ans. Selon notre interlocuteur, la solution de ce drame réside dans la mise en place de cellules d’écoute afin de permettre aux jeunes de s’exprimer et de parler de leurs préoccupation, ô combien, nombreuses dans notre pays..
echourouk

_________________
la valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donne pour les autres
avatar
djam09

Messages : 5101
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 92
Localisation : la ou je suis actuellement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum