Un professeur suspendu pour avoir diffusé une vidéo anti-IVG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un professeur suspendu pour avoir diffusé une vidéo anti-IVG

Message par djam09 le Ven 26 Nov - 12:11

Des images insoutenables censées illustrer les différentes techniques d'avortement et montrant des foetus, parfois disloqués : voilà ce que des élèves de seconde du lycée Les Iscles, à Manosque, ont été contraints de regarder lors d'un cours d'éducation civique juridique et sociale. "Moi, j'ai quitté la salle avec deux de mes camarades, mais les autres sont restés jusqu'au bout, tétanisés", raconte Maxime, un élève de la classe. "Ce n'était pas la première année que ce professeur d'histoire-géographie mettait ce film pro-vie au programme de son cours et je m'étais mis d'accord à l'avance avec mes parents pour sortir si jamais il recommençait", assure l'adolescent.
L'incident, survenu à la mi-octobre et révélé par La Provence mercredi, a été immédiatement signalé à l'académie des Alpes-de-Haute-Provence par le chef de l'établissement ainsi que par un courrier de parents d'élèves. La responsable locale de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), Annie Mouthier, est également intervenue. Une enquête administrative a été diligentée, conduisant le 8 novembre à une inspection du professeur, un enseignant expérimenté âgé d'une quarantaine d'années. Parallèlement, une cellule d'écoute et de dialogue a été mise en place dans l'établissement.

Tracts anti-avortement

Les faits paraissent en effet d'une extrême gravité. Les parents du jeune Maxime ont depuis retrouvé la trace de la fameuse vidéo sur Internet. Diffusé par un site international de propagande anti-avortement (auquel Le Point.fr a choisi de ne pas faire de publicité), le film intitulé No Need to Argue (Pas besoin d'argumenter) est une succession de séquences sanguinolentes montées en musique sur le dramatique Light and Shadows de Vangelis. "Maxime nous a aidés à retrouver le film, mais il a refusé de revoir ces images" confie son père Yves Falques. "Il nous a également rapporté que son professeur faisait des interprétations très personnelles du programme, axées sur les questions religieuses, et que, quand un débat était lancé, il y tournait court", raconte le parent d'élève. "Il nous a dit qu'il ne fallait pas utiliser la pilule ni le préservatif", renchérit Maxime. Dans une classe de première, l'enseignant aurait également distribué des tracts anti-avortement.

Convoqué à deux reprises au rectorat, le professeur a, quant à lui, refusé de venir s'expliquer. Absent du lycée pour maladie, il a finalement été suspendu, mardi, de ses fonctions, par le recteur de l'académie d'Aix-Marseille, à la demande expresse du ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel. Une mesure provisoire d'une durée de quatre mois, prise "pour préserver les élèves, leurs familles, mais également l'enseignant", explique l'inspecteur d'académie Didier Vin-Datiche. "Les premiers éléments collectés semblent montrer que ce professeur a manqué à un devoir élémentaire de neutralité. Nous allons approfondir l'enquête administrative afin de mieux établir la réalité des faits, voire les manquements de cet enseignant au cours des mois écoulés", ajoute-t-il. Si les faits sont avérés, le professeur pourrait être soumis à un conseil de discipline pouvant décider d'une sanction administrative, allant du simple blâme à la radiation définitive.
le point.fr

_________________
la valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donne pour les autres
avatar
djam09

Messages : 5101
Date d'inscription : 13/06/2010
Age : 92
Localisation : la ou je suis actuellement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum